Zone profs

Pourquoi éduquer à la biodiversité?

La biodiversité, c’est la vie. Elle est essentielle à notre bien-être et à notre survie. En effet, la biodiversité nous rend des services écologiques inestimables. Mais l’équilibre de la biodiversité est aujourd’hui menacé. Notre mode de vie, en particulier celui des pays industrialisés, est la cause principale du déclin rapide des espèces sur Terre, appelée la sixième extinction. En 2050, la biodiversité de notre planète devra supporter 9 milliards d’êtres humains (estimée à 7,4 milliard en 2016). C’est pourquoi il est urgent de repenser notre usage de la nature et de réduire notre empreinte écologique. Il en va de la survie et du bien-être des générations actuelles et futures.

EnregistrerEnregistrer

L’éducation à la biodiversité au primaire offre une opportunité pour entretenir le sentiment d’émerveillement, de curiosité et d’enthousiasme qu’ont les jeunes de niveau préscolaire envers la nature. Cet émerveillement, cet enthousiasme et cette connexion avec la nature peut et doit être cultivée. L’éducation à la biodiversité peut se faire en toutes saisons, à l’intérieur comme à l’extérieur. Cependant, comme les jeunes de niveau primaire sont encore très sensibles et réceptifs aux découvertes sensorielles, l’apprentissage en nature offre beaucoup d’opportunités.

L’éducation à la biodiversité au niveau primaire offre de nombreux avantages. Favorisant l’apprentissage multidisciplinaire (univers social, science, langues, arts, etc.), l’éducation à la biodiversité suscite également l’enthousiasme et la curiosité des jeunes et des enseignant(e)s. De plus, l’éducation à la biodiversité permet de :

  • lutter contre le déficit nature;
  • contribuer au développement cognitif, physique, affectif et social des jeunes;
  • développer l’écocitoyenneté;
  • offrir une meilleure compréhension de l’interconnexion des enjeux;
  • développer son identité et sa place dans le monde;
  • développer l’esprit critique;
  • cultiver la tolérance et l’empathie;
  • encourager des modes de vie sain;
  • et mener à des actions concrètes pour améliorer l’environnement.

Consultez la section Ressources pour découvrir des documents de référence en lien avec l’éducation à la biodiversité.

EnregistrerEnregistrer

Démarche pédagogique d’introduction à la biodiversité

L’éducation à la biodiversité est un sujet riche et peut être enseigné dans différentes perspectives et de plusieurs manières. Ces différentes perspectives peuvent être vues comme autant de stratégies permettant d’intégrer l’éducation à la biodiversité dans les domaines d’apprentissage.

Certaines perspectives s’intègrent plus facilement dans un domaine d’apprentissage particulier. Par exemple, la perspective scientifique s’associe bien avec le domaine Science et technologie et la perspective des droits de l’homme, avec le Développement personnel.

L’éducation à la biodiversité dans une approche interdisciplinaire (plusieurs domaines) et multiperspectives favorise chez les élèves une meilleure compréhension de l’interconnexion des enjeux et contribue à développer leur esprit critique.

Le rapport Éduquer à la biodiversité – Approches multiperspectives de l’UNESCO (2014) évoque plusieurs perspectives d’éducation à la biodiversité, chacune rattachées à des stratégies d’enseignement :

  • Perspective scientifique (collecte, analyse et interprétation de données).
  • Perspective historique (évolution de la vie, évolution des enjeux de la biodiversité).
  • Perspective géographique (diversité des écosystèmes, impact des changements climatiques, connaissance du territoire, concepts d’espace et de temps).
  • Perspective des droits de l’homme (accès aux ressources, droits universels, biodiversité comme bien économique, social et culturel.)
  • Perspective de l’égalité des genres (rôles dans les communautés, traditions, accès).
  • Perspective des valeurs (besoins, désirs, éthique, respect).
  • Perspective de la diversité culturelle (point de vue culturel, perspectives, formes d’expressions culturelles).
  • Perspective de la durabilité (impact du mode de vie sur la biodiversité, considération de l’environnement, de l’économie et de la société).

L’objectif 15 – Préserver et restaurer les écosystèmes terrestres – du document « L’éducation en vue des objectifs de développement durable – Objectifs d’apprentissage » de l’UNESCO (2017) propose aussi des pistes intéressantes d’éducation.

EnregistrerEnregistrer

L’éducation à la biodiversité et le développement durable sont intimement liés. En effet, la conservation de la biodiversité et l’utilisation durable des ressources sont des conditions essentielles pour parvenir au développement durable. Ainsi, l’éducation à la biodiversité s’insère naturellement dans une approche d’éducation au développement durable en milieu scolaire. Elle peut, par exemple, faire partie intégrante du plan d’action de l’école en matière de développement durable.

L’éducation à la biodiversité, c’est l’éducation à la vie, dans toute sa diversité, sa complexité, sa beauté et sa fragilité. Pourquoi alors ne pas aller directement à la rencontre du sujet étudié et sortir dehors pour observer, se questionner, découvrir? Sortez dehors et découvrez le potentiel pédagogique de votre cour d’école ou encore d’un parc à proximité!

La cour d’école peut être utilisée non seulement comme lieu d’apprentissage, mais aussi comme contenu pédagogique. Le lieu comme élément clé du processus d’apprentissage donne également plus de sens aux leçons, ce qui favorise la persévérance scolaire. Commencez avec des activités et des projets simples. Mais permettez-vous aussi de rêver votre cour d’école avec vos élèves ! Aménagez-y un jardin et de petits écosystèmes (micro-forêt, étang, etc.) et votre cour deviendra un véritable laboratoire multidisciplinaire à ciel ouvert!

EnregistrerEnregistrer

L’éducation à la biodiversité rejoint les intentions éducatives de plusieurs domaines généraux du programme de formation. Les domaines généraux avec lesquels les liens sont les plus évidents sont Santé et bien-être, Vivre-ensemble et citoyenneté et Environnement et consommation.

EnregistrerEnregistrer

Le Programme de formation comprend neuf compétences transversales regroupées en quatre ordres : les compétences d’ordre intellectuel, les compétences d’ordre méthodologique, les compétences d’ordre personnel et social et les compétences de l’ordre de la communication.

L’éducation à la biodiversité peut rejoindre toutes ces compétences transversales. Certaines perspectives (ou stratégies) rejoindront parfois une compétence particulière, par exemple la perspective scientifique rejoindra naturellement les compétences d’ordre méthodologique.

Les savoirs essentiels les plus directement reliés à la biodiversité sont étudiés en Science et technologie, plus spécifiquement dans l’univers du vivant. Plusieurs savoirs et compétences peuvent aussi s’arrimer facilement au sujet de la biodiversité. Par exemple : décrire la forme et la couleur d’un objet, démontrer que des changements physiques ne modifient pas les propriétés de la matière, identifier des caractéristiques d’une onde sonore, associer le cycle du jour et de la nuit à la rotation de la Terre, etc.

Le terme « biodiversité » n’est pas à proprement utilisé en univers vivant aux 1er et 2e cycles du primaire. Mais l’introduction au concept de la biodiversité et à sa terminologie permettra à l’élève de mieux exploiter l’information et de communiquer de façon appropriée sa vision des enjeux environnementaux.

L’univers social offre également plusieurs opportunités pour intégrer l’éducation à la biodiversité. Par exemple, les apprentissages reliés aux concepts d’espace et de temps ainsi que ceux reliés aux éléments naturels du territoire (relief, hydrographie, ressources naturelles, climat, etc.) permettent de faire plusieurs liens avec la biodiversité et ses enjeux. Certaines techniques peuvent aussi être appliquées à la biodiversité. Par exemple, la construction d’une ligne du temps pourrait être réalisée pour une espèce, un écosystème, la croissance d’un arbre, etc. L’histoire des Premières Nations compte aussi plusieurs savoirs reliés aux ressources naturelles et au territoire.

Situations d’apprentissage et d’évaluation (SAÉ)

La nature à notre service

Disciplines

Français
Mathématique
Science et technologie
Arts plastiques

Liens avec la biodiversité
  • Donner des exemples d’utilisation du vivant (viande, légume, bois, cuir).
  • Nommer les besoins essentiels à la croissance d’une plante (eau, air, lumière, sels, minéraux).
Matériel à télécharger
  1. 1. Guide de l’enseignant
  2. 2. Cahier de l’élève
  3. 3. PowerPoint « Tâche 1, amorce »
  4. 4. PowerPoint « Tâche 1, activité 2 - Inventer en s’inspirant de la nature »
Résumé

Par son ampleur, sa beauté et sa complexité, la biodiversité du Québec nous procure de nombreux services. Sans la multitude de ressources qu’elle nous offre, notre vie serait bien différente. En fait, la biodiversité est essentielle à notre survie et à notre bien-être! En retour, nous avons tous un rôle à jouer dans la préservation de son équilibre.

Cette situation d’apprentissage et d’évaluation (SAÉ) permet aux élèves de découvrir les services que nous rend la nature et d’approfondir leur compréhension des interactions entre les différentes espèces qui la composent. Les élèves s’interrogent d’abord sur l’utilisation du vivant, puis explorent la biodiversité par la lecture de petites histoires, le visionnement de capsules vidéo, la réalisation d’expériences simples et la résolution de problèmes mathématiques.

Intention

Le but de la SAÉ est d’amener les élèves à découvrir les différents éléments qui composent la nature et la relation d’interdépendance qui les lie à leur environnement.

Tâches
  • Tâche 1 (environ 5 cours) - Découvrir quelques services rendus par la nature (français)
  • Tâche 2 (environ 4 cours) - Identifier les besoins des plantes (mathématique)

Idées en rafale

Français

Chasse aux lettres et aux sons
En petites équipes, les élèves parcourent la cour d’école à la recherche d’éléments correspondant à la lettre ou au son qui leur a été attribué. Par exemple : trouver dans la nature des éléments comportant la lettre « a » et les noter dans le cahier de l’équipe (arbre, abri, paysage, marguerite, abeille, etc.).

Français / Arts plastiques

Lettres nature
Les élèves utilisent des éléments trouvés dans la nature (feuilles, branches, tiges, pierres, herbe, etc.) pour former des lettres ou des mots. Le mot peut être choisi par les élèves à partir d’un thème donné (par exemple, quel mot représenterait le plus tel endroit ou telle activité ?).

Français / Arts plastiques

Poème nature
Les élèves identifient dans la cour une espèce vivante, la dessinent puis composent un court poème (écrit ou récité) en imaginant qu’ils sont à la place de cette espèce : « Si j’étais (une fourmi, un érable, un cardinal rouge, etc.)… »

Français / Science et technologie / Arts plastiques

Attention, fragile !
En équipe, les élèves font une recherche et réalisent une affiche de sensibilisation sur une espèce menacée du Québec. Chaque équipe présente son affiche à la classe. Les résultats peuvent être affichés à l’école, sur son site Web ou dans un lieu public en partenariat avec un organisme de conservation.

Mathématique

La nature géométrique
Les élèves partent à la recherche, dans la nature, d’une forme géométrique (cercle, triangle, etc.) ou d’une figure symétrique (fleur, feuille, etc.).

Mathématique

Chasse aux trésors mathématiques
En petites équipes, les élèves doivent trouver dans la nature tous les éléments d’une liste (différente pour chaque équipe). Par exemple : trouver une branche mesurant entre 10 et 20 centimètres ; 3 cailloux de la même taille ; 2 arbres situés à moins de 4 mètres de distance ; un ensemble d’éléments qui placés ensemble totalisent 60 centimètres de longueur ; quelque chose de plus petit que 5 centimètres ; quelque chose qui ne peut être mesuré (ex. : la lumière). Un retour en groupe sur les trouvailles de chaque équipe est ensuite effectué.

Mathématique

Feuilles par ordre croissant
À l’automne, les élèves choisissent dans la cour ou dans un parc une feuille tombée par terre. La grandeur des feuilles choisies devra être variée (de très petites et de très grandes). Les élèves doivent ensuite revenir en groupe et se placer, en ligne, en ordre croissant de grandeur de leur feuille ; au final, l’élève situé complètement à gauche aura la plus petite feuille et celui situé à droite, la plus grande. Pour ce faire, les élèves doivent observer les caractéristiques des feuilles choisies et s’entendre sur les critères permettant de les comparer (ex. : inclure ou non la tige ?). Une photo du résultat peut être prise et affichée à l’école ou en ligne.

Arts plastiques / Français

Les nuages de l’imagination
Cette activité est tout indiquée lors d’une journée où le ciel est parsemé de cumulus (nuages). Dans la cour ou au parc, les élèves se couchent sur le sol pour observer les nuages (prévoir des serviettes ou des tapis au besoin). Les élèves reproduisent sur une feuille ou une tablette ce qu’ils ont « vu » (dragon, voiture, chat, etc.). Des morceaux de ouate peuvent être collés autour du dessin pour représenter les nuages. En fin d’activité, les élèves présentent leurs œuvres. Certains élèves ont-ils vu la même chose ? Certains types de représentations reviennent-ils plus souvent (ex. : animaux) ? Pour pousser plus loin l’activité, les élèves peuvent inventer une courte histoire en lien avec leur dessin. Les œuvres sont ensuite exposées à l’école.

Situations d’apprentissage et d’évaluation (SAÉ)

Qui mange qui?

Disciplines

Science et technologie

Liens avec la biodiversité
  • Décrire les caractéristiques de différents règnes.
  • Classer les êtres vivants selon leur règne.
  • Répertorier les animaux selon leur classe.
  • Associer des animaux familiers à leur régime alimentaire.
  • Comparer l’alimentation d’animaux domestiques et d’animaux sauvages.
  • Illustrer une chaine alimentaire simple de 3 maillons.
Matériel à télécharger
  1. 1. Guide de l'enseignant
  2. 2. Cahier de l'élève
Résumé

Cette situation d’apprentissage et d’évaluation (SAÉ) permet aux élèves de découvrir la richesse et la complexité de la biodiversité du Québec à partir, entre autres, d’activités de classification. Les élèves réfléchissent aux caractéristiques des espèces pour les classer par règnes et par classes. Les élèves effectuent des recherches pour comparer le régime alimentaire de différentes espèces, ce qui leur permet d’établir des liens entre elles.

Intention

Le but de la SAÉ est d’amener les élèves à découvrir les règnes du vivant, les classes d’animaux et les régimes et chaines alimentaires de différentes espèces par des jeux d’association, des recherches et la création d’œuvres artistiques.

Tâches
  • Tâche 1 (2 cours) - Règnes du vivant et classes animales
  • Tâche 2 (3 cours) - Régimes alimentaires des animaux
  • Tâche 3 (4 cours) - Chaines alimentaires

Activités de révision

Notion de périmètre et calcul du périmètre

Disciplines

Mathématique (mesure)

Liens avec la biodiversité
  • Identifier des habitats ainsi que les populations animales et végétales qui y sont associées
  • Décrire comment les animaux satisfont à leurs besoins fondamentaux à l’intérieur de leur habitat
Matériel à télécharger
  1. 1. Guide de l'enseignant
  2. 2. Cahier de l'élève
Résumé

Les élèves font des exercices pour réviser la notion de périmètre d’une figure plane et pour calculer son périmètre tout en découvrant les besoins de trois animaux : Emilie la marmotte, Rémi le renard et Sandra le raton laveur.

Intention

Le but de l’activité de révision est d’amener les jeunes à comprendre les liens entre les besoins des animaux et leur habitat tout en révisant les notions de périmètres d’une figure plane.

Jeux

Coloriage : Les animaux vertébrés multicolores !

Disciplines

Science et technologie

Liens avec la biodiversité

Répertorier les animaux selon leur classe (mammifères, reptiles, oiseaux, poissons, amphibiens)

Matériel à télécharger
  1. 1. Coloriage animaux vertébrés multicolores
Résumé

Cette activité amène les élèves à répertorier les animaux vertébrés selon leur classe. L’activité peut être utilisée pour introduire le sujet (suivi d’une discussion sur les caractéristiques de chaque classe) ou encore pour pour révision.

Le bingo des animaux vertébrés du Québec

Disciplines

Science et technologie

Liens avec la biodiversité

Répertorier les animaux selon leur classe (mammifères, reptiles, oiseaux, poissons, amphibiens)

Matériel à télécharger
  1. 1. Le bingo des animaux vertébrés du Québec
Résumé

Cette activité, basée sur les règles du bingo, permet aux enseignant(e)s d’introduire ou de réviser les classes d’animaux vertébrés, tout en s’amusant. Les élèves découvriront, en même temps, différentes espèces animales du Québec.

Idées en rafale

Français / Science et technologie / Art dramatique / Arts plastiques

Théâtre nature muet

Les élèves élaborent un scénario d’environ 10 minutes dans lequel un écosystème subit une perturbation (ex. : un marais sur lequel des condominiums sont construits). Ils doivent toutefois relever le défi suivant : seuls des bruits et des sons peuvent être utilisés (pas de paroles). Par exemple, ils peuvent reproduire le chant des grenouilles et des oiseaux, le bruissement des feuilles au vent, puis le bruit de pas et de bulldozers qui arrivent, de grenouilles qui s’enfuient, etc. Des décors et des costumes simples peuvent être construits. Après la représentation, les élèves posent des questions à l’auditoire sur ce qui a été vu et entendu, parlent de l’écosystème et des espèces qu’ils ont représentés, expliquent les enjeux liés à l’écosystème et à la perturbation choisis, exposent des solutions possibles, etc.

Français / Mathématique / Science et technologie / Arts plastiques / Géographie

Journal nature

La nature offre de merveilleuses possibilités de projets phénologiques (étude des variations des phénomènes périodiques et de la vie animale et végétale en fonction du climat). En équipe, les élèves choisissent un lieu d’intérêt dans la cour d’école (buisson, étang, jardin, etc.). Chaque semaine (ou chaque mois), les équipes notent dans leur journal nature à l’aide de textes, de photos ou de dessins les changements d’ordre sensoriel, quantitatif et qualitatif qu’ils ont observés. Par exemple : odeur d’humidité, jaunissement de l’herbe, décomposition d’un champignon, inventaire de 12 insectes, croissance de l’arbuste de 4 centimètres, etc. Un retour en groupe sur les changements observés est ensuite effectué et des hypothèses expliquant les changements survenus ou ceux à venir peuvent être émises.

Français / Science et technologie / Éthique et culture religieuse

Lettre au conseil municipal

En collaboration avec un organisme de conservation de la région, les élèves choisissent un milieu naturel à proximité de l’école (boisé, rivière, milieu humide, etc.) et étudient les pressions qui pèsent sur ce milieu et les espèces l’habitant. Les rôles, les responsabilités et les impacts des humains sur les écosystèmes sont discutés et des solutions pour protéger le milieu choisi sont trouvées en groupe puis présentées, dans une vidéo ou une lettre, au conseil municipal.

Mathématiques / Science et technologie

Observer et nourrir les oiseaux

Les élèves aménagent, dans un endroit calme et à proximité de l’école, une « station d’alimentation » pour oiseaux. Pour ce faire, des mangeoires comportant différents types de nourriture mais en quantités égales (graines de tournesol, fruits, graisse animale, etc.) sont installés à différentes hauteurs. Les élèves peuvent émettre des hypothèses sur la nourriture qui sera la plus populaire. Chaque semaine, ils prennent des notes sur les oiseaux qui ont visité les mangeoires : leurs caractéristiques, la nourriture qu’ils ont consommée, etc. Plusieurs autres expériences peuvent être réalisées, comme l’ajout d’un élément perturbateur (ex. : accrocher un hibou en plastique à proximité) pour évaluer son impact.

Mathématique

Des baleines dans la cour d’école

Cette activité permet d’apprécier la taille réelle des plus grands animaux de la planète, les baleines, tout en réalisant des calculs. Dans un endroit dégagé à l’extérieur (ex. : terrain de soccer), les élèves doivent estimer physiquement, en se tenant par les mains ou en se serrant les coudes, les grandeurs de différentes espèces de baleines du Québec (épaulard, rorqual bleu, baleine noire, béluga, etc.). Les grandeurs représentées par les élèves sont vérifiées à l’aide d’un ruban à mesurer (les unités de mesure peuvent être variées) puis comparées aux données réelles. Différents calculs peuvent ensuite être proposés : combien de rorquals bleus, mis bout à bout, entreraient dans la cour d’école ? Combien de bélugas faut-il pour arriver à la taille du cachalot ?

Mathématique / Science et technologie / Histoire / Géographie

La station météorologique

Les petites stations météorologiques sont maintenant abordables et peuvent être installées sur le terrain ou le toit d’une école. Il est même possible d’obtenir des données en direct qui peuvent être envoyées aux ordinateurs de l’école (ex. : ordinateurs de la salle informatique). Un tel équipement permet de réaliser plusieurs activités interdisciplinaires : étudier avec les élèves l’évolution du climat sur leur territoire, suivre et compiler de façon hebdomadaire ou mensuelle les données obtenues par la station (statistiques), émettre des hypothèses sur les données qui seront recueillies au cours des mois à venir, partager les données en les affichant dans un corridor de l’école ou sur un blogue, etc.

Science et technologie

La petite enquête

En petites équipes, les élèves doivent répondre, par l’observation et l’exploration à l’extérieur de l’école, à la question qui leur a été attribuée. Par exemple : où fait-il le plus chaud dans la cour d’école à telle heure ? Où est-ce que la pluie s’accumule le plus ? Y a-t-il des vers de terre dans la cour d’école ? Les élèves peuvent d’abord émettre une hypothèse. Une carte du terrain de l’école pourrait aussi être utile pour leur permettre d’enregistrer leurs observations. L’activité peut être répétée en demandant aux élèves de formuler eux-mêmes une question pour une autre équipe.

Éducation physique et à la santé / Français / Mathématique

Parkour en nature

Le parkour est un sport qui vise à franchir des obstacles urbains ou naturels avec le corps (course, sauts, gestes d’escalade, d’équilibre, etc.). En petites équipes, les élèves préparent, dans un parc ou un endroit naturel, un « parcours de ninjas » pour leurs camarades ! Pour ce faire, ils doivent utiliser les éléments qui sont sur place (table de piquenique, arbre, clôture, arbuste, banc, etc.). Du matériel d’éducation physique peut aussi être utilisé pour bonifier leurs parcours (matelas, poutres d’équilibre, cerceaux, cônes, etc.). Les élèves dessinent le plan de leur parcours et y inscrivent les différentes étapes à franchir. Des mathématiques peuvent être ajoutées à l’activité, par exemple en demandant aux élèves de compiler diverses données (distance entre les obstacles, comparaison des temps, hauteurs, etc.). Pour augmenter défi, l’équipe peut proposer de réaliser son parcours à la manière d’un animal (ours, loup, couleuvre, oiseau, sauterelle, etc.).

Ressources

Lieux d'intérêt

Sites Web

Matériel pédagogique

Infolettre Biogenus

Pour les enseignant(e)s des 1er et 2e cycles du primaire : pour ne rien manquer des nouveautés Biogenus (fiches, actualités, ressources, défis, etc.)!

Envoie tes découvertes à Phibi!

Partage tes découvertes photos de la nature avec Phibi! Tu pourrais voir ta découverte mise en vedette sur le site Biogenus. Approbation parentale requise.

Aller! »

Les 4 habitats
qui t'entourent

Découvre des faits étonnants sur les habitats du Québec et des actions pour les protéger!

Voir les habitats »